Alice in wonderland

Plonger dans l'univers étrange de Wonderland...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Alice, don't hurt my word...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alice Watson

avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 26/07/2009

MessageSujet: Alice, don't hurt my word...   Dim 26 Juil - 14:15


.. Alice, little Alice .♥️.




.. < First part> ..


Nom : Watson, ne cherchez pas… je ne sais plus d’où il me vient.
Prénom : Alice, un nom d’origine purement germanique m’a-t-on dit…
Age : 16 ans
Sexe : féminin
Attirance sexuelle : Atti-quoi ? Vous allez me faire rougir…je ne cherche pas de filles garçons, euh… bref.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elliot Gray
Admin
avatar

Messages : 131
Date d'inscription : 21/07/2009

MessageSujet: Re: Alice, don't hurt my word...   Dim 26 Juil - 14:28

Bienvenue et bonne continuation pour ta fiche ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wonderland-forum.forumactif.org
Alice Watson

avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 26/07/2009

MessageSujet: Re: Alice, don't hurt my word...   Dim 26 Juil - 14:30

.. < Second part > ..



Trois qualités : gentille, attentionnée, enjouée
Trois défauts : naîve, insouciante, ne voit que ce qu’elle veut voir, reste et demeure une enfant comme si elle refusait de grandir.


Caractère :

"Un ange tombée du ciel ou une gamine qui refuse de voir le monde tel qu'il est?"

Si le terme a-do-ra-ble était une qualité, il serait le terme qui définirait le mieux la petite blondinette, étant le premier qui vous vient à la bouche lorsque l’on commence à parler d’elle.

Un sourire tout en fossettes toujours plaqué au visage, cet enfant ne semble jamais avoir connu les larmes de la tristesse. Le pire dans tout cela, c’est que vous ne pouvez pas lui en vouloir, car, peu importe où elle passe, Alice sans même le vouloir, ne peut que répandre sa bonne humeur comme une véritable traînée de poudre inévitable et dévastatrice. Une qualité finalement, ou tout du moins à ce qu’il semblerait puisque personne ne lui résiste. Et puis de toutes manières à quoi bon ?

Alice et sa naiveté maladive ne font rien de mal. Ne souhaitant simplement que venir en aide aux autres. Doté d’une empathie inexplicable, elle arrive à se mettre à la place de la personne, ou, à défaut, à comprendre ce qu’elle ressent. Même si parfois, en raison de son âge, certain « trucs de grands » peuvent la dépasser. Par exemple, elle ne comprend pas bien pourquoi la reine de cœur semble tellement lui en vouloir et cette manie de vouloir couper des têtes…Elle doit se sentir seule la pauvre dans son château…alors pourquoi ne pas accepter d’être son amie ?

Bien entendu, cette façon de voir les choses qui l’entourent peut finir par agacer. A seize ans révolu, une enfant qui s’extasie devant tout ce qui bouge de sa voix cristalline n’attire pas que les bonnes grâces. Sauf que si elle se rend compte que vous ne l’apprécier pas, gare à vous. Bien loin des crasses dont certain sont capables, elle peut se mettre à vous suivre un peu partout pour savoir ce qui ne va pas. En ce qui concerne les personnes qu’elle n’apprécie pas en revanche, son attitude est légèrement différente, adoptant la méthode simple, mais non moins efficace, du « courage, fuyons ». Miss Watson évite comme la peste les personnes qu’elle appréhende. Cependant, elle demeure tout à fait capable d’affronter ces peurs. Ainsi, même si pendant bien longtemps les jumeaux lui ont causé un traca visible, la demoiselle a réussi à s’accrocher et aujourd’hui, elle les apprécie comme tout ceux de Wonderland. Vous ne la verrez donc jamais detester une personne. Seule sa soudaine nevrosité pourrait attirer le regard puisqu’elle se traduit par un léger tic, Alice ayant pris la mauvaise habitude de se pincer la lèvre inférieure.

Ce sont ses attitudes qui lui permettent probablement de continuer de voir la vie en rose. Après tout, voir que ce que l’on veut voir ne permet-il pas de rester dans son monde faux certes, mais encore beau et pure. Ainsi, rien ne vaut la peine d’être triste. Alors est-ce vraiment mal de sa part que d’avoir supprimer de son esprit un épisode entier de sa vie d’autrefois?


Physique : [/font]

« Poupée de cire, Poupée de son… »

S’il existe un point sur lequel tout le monde s’accorde en voyant la petite Alice déambuler de sa démarche dansante, respirant la bonne humeur et la joie de vivre pure, sur les chemins de Wonderland, cela doit bien être que en tant que première arrivante de Wonderland, elle est devenue une sorte de fillette incontournable. Et ce, pas seulement pour son caractère adorable, mais bel et bien aussi pour son physique de poupée en sucre. Dit ainsi, je vous accorde que vous pouvez me trouvez étrange et peut-être un brin subjective.
Après tout, les poupées ne sont-elles pas ces petites choses si belles et si parfaites que l’on pose sur une étagère afin d’espérer embellir un peu la pièce par sa simple présence ?

Les plus vendues autrefois se trouvaient probablement être celles dont les cheveux d’or se répandaient en boucles soyeuses sur leurs épaules, ne vous empêchant pourtant pas d’observer leurs yeux de cire d’un bleu océan parfait. Pourtant, même si la petite Alice Watson de son nom complet, n’a pas les anglaises parfaites de ces jouets, ni même la couleur particulière de leurs prunelles, son sourire si lumineux qu’il pourrait faire de l’ombre au Soleil, et surtout ses prunelles bleutées couleur de l’océan profond dont on ne revient jamais mais pétillantes de vie et de douceur, pourraient certainement lui permettre de rivaliser avec les plus coûteuse d’entre elles.

Ne vous méprenez pas chers lecteurs. Il ne s’agit pas ici d’une beauté parfaite comme on en trouve sur les magasines people afin de vous vanter les mérites de telles crèmes ou de tel auto-bronzant. Mais au contraire, une beauté d’une douceur enfantine. Si ces traits pouvaient parler à eux seuls, perdus dans le blanc laiteux de sa peau, vous découvriez une enfant douce et mignonne. Un sourire suffit à emplir la pièce de la chaleur humaine dont le froid polaire la dénuait jusqu’alors. Un nez mutin complétant le tableau, j’aurais pu interrompre ma description ici.

Cependant, avouez le, ce « de sucre » ajouté à mon qualificatif précédent vous intrigue. Car si le poupée se justifie, pourquoi lui donner cet attrait qui la rend plus fragile ? Un morceau de sucre se brise lorsqu’il est seul, répandant sur son sillage de fins cristaux qui continuent malgré tout de briller au Soleil. Fragile d’apparence par sa petite taille et ses formes peu développées, Alice n’en reste pas moins une petite fille qui continuera de briller quoi qu’on en dise et obtiendra par son regard ou son sourire bien plus que la plus violente des brutes. Après tout, comment résistez à une enfant ?


Relations avec votre entourage :

Reine de Cœur : Elle voudrait-elle amie avec elle car au fond d’elle-même elle sent bien qu’elle n’est pas méchante et qu’elles ont sûrement pleins de choses en commun. Ses amis lui interdisent d’aller la voir mais elle s’en fiche. Bon, elle n’est pas bête pour autant, elle ne va pas se jeter dans la gueule du loup comme ça. Elle va attendre que la Reine soit hors du château et surtout toute seule (ce qui est rarissime…).


Monsieur le Chapelier :Elle le trouve très gentil et très mature pour son âge. Elle aime beaucoup venir chez lui pour boire une tasse de thé et manger une tonne de petits gâteau, (quelle gourmande !^^) il faut dire qu’il cuisine divinement bien…décidemment, il n’a aucun défauts…Il n’est pas s’en dire que notre petite blondinette est tombé sous le charme, mais le Chapelier est réputé pour être quelqu'un d’impénétrable. Alors…Arrivera-t-elle à conquérir son cœur ?



Cheshire cat : Elle va souvent le voir pour obtenir des informations. Comme elle est naïve elle croit bien sûr Cheshire sur parole, pourtant, tout le monde se le dit, on ne peut pas faire confiance au chat du Cheshire…Enfin, au bout d’un moment celui-ci finit quand même par donner la bonne réponse. Elle le trouve très excentrique mais justement ce qu’elle aime bien chez lui. En tout cas elle passe toujours de bons moments avec lui car, malgré les mensonges du jeune hybride, elle s’amuse très bien avec lui.



Le lapin blanc : Sa meilleure amie depuis son arrivée. C’est avec elle qu’elle se sent le plus à l’aise et peut parler comme à une vraie copine. Elles s’échangent tous leurs secret et s’entraident mutuellement. Elle voudrait l’aider à être moins timide et à avoir davantage confiance en elle.



tweedeldee et tweedeldum : Au début elle les trouver froid et distant mais au fil du temps, elle a apprit à faire davantage connaissance avec eux et les apprécies maintenant beaucoup.



Mademoiselle le loir : Bien qu’elle ne la voit pas beaucoup, Alice l’aime beaucoup et l’a considère comme sa petite sœur. Elle est très protectrice avec elle.


Histoire : (Minimum 15 lignes) :


Dernière édition par Alice Watson le Dim 26 Juil - 20:16, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Watson

avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 26/07/2009

MessageSujet: Re: Alice, don't hurt my word...   Dim 26 Juil - 14:48

Histoire:

Il était une fois, dans une contrée lointaine et méconnue…toutes les histoires commencent comme ça. Pourtant celle de la petite Alice Watson est bien plus proche de nous que tous les autres comptes de fées.

La fille unique des Watson naquit à Winshester en Angleterre lors d’un agréable matin de mai dans une famille que l’on pourrait qualifiée de commune puisque n’ayant pas de problème financier particulier mais n’étant cependant pas richissime. Enfant choyée par ses parents pour son joli minois et les aimant en retour plus que tout comme n’importe quel enfant de son âge, Alice coula des années heureuses dans cette famille bourgeoise.

Malgré tout, tout bonheur a toujours une fin. Tout comme dans toute bonne histoire, un élément perturbateur vient toujours s’ajouter au schéma tracé afin que débute les véritables péripéties du héro. Cet élément perturbateur, la petite Alice, bien trop petite justement pour le comprendre, fut mise en face bien trop tôt pour que cela ne la marque pas.

La journée avait pourtant débutée normalement. Toute la famille avait pris son petit déjeuné sous la véranda comme d’habitude. Alice avait été à son cours de danse classique comme d’habitude. Comme d’habitude encore, son professeur les avait félicité. Mais, cette fois-ci, sa mère ne faisait pas partie du groupe habituel des spectatrices venues un peu plus tôt chercher leur enfant pour les apercevoir. La blondinette avait beau cherché, attendre, recherché encore dans des endroits de plus en plus improbables, sa mère semblaient l’avoir oublié. Une boule se forma dans son estomac. Alors qu’elle se dirigeait vers son professeur afin de lui demander d’une voix tremblotante de la ramener chez elle car sa maman l’avait oublié. Celle-ci haussa un sourcil, mais en voyant les yeux suppliants de l’enfant, ne fit aucun commentaire et la raccompagna jusque devant chez elle.

Mais, à l’endroit où autrefois se postait une magnifique maison à l’éclat resplendissant de joie de vivre se trouvait maintenant un immense brasier. La dame qui l’accompagnait s’empressa de saisir son téléphone portable, laissant une gamine épouvantée devant pareil spectacle, ne comprenant pas ce qui arrivait. C’était un cauchemar et elle allait se réveiller. Il ne pouvait s’agir que de cela. Dans ce cas, pourquoi sa maman ne venait pas la chercher ? Et pourquoi la dame l’emmenait-elle plus loin ? Et pourquoi…pourquoi tout devenait-il tout noir ?

Les jours passèrent. On la fit assister à des « audiences » comme ils appelaient ça où ils citaient le nom de ses parents. Elle ne comprit pas tout, ou plutôt, ne chercha pas à comprendre. Des mots tels que « meurtre », « prémédité », «incendie volontaire» revenaient immanquablement dans la bouche de l’homme en noir assis non loin d’elle. Pourtant, alors que lui les montrait fréquemment du doigt, haussant brusquement le ton pour capter l’attention, l’enfant ne le regardait pas plus qu’un autre. Son regard demeurait vide de toute émotion. Elle était comme absente. Celui que la dame qui l’accompagnait toujours depuis peu avait reconnu comme le maire de la ville n’eut pas plus de succès avec elle. Malgré tout, cet homme ne voulait pas la laisser livrer à elle-même et décida de tout mettre en œuvre pour l’aider. C’est ainsi que la jeune Watson, maintenant orpheline, se retrouva dans un orphelinat de quartier.

Un orphelinat assez miteux dans lequel elle errait comme un fantôme sans vie. Les autres élèves ne la regardaient pas. Les professeurs se contentaient de vérifier qu’elle appliquait les leçons dans ses exercices. Une vie bien morne pour une petite fille autrefois si pétillante de vie. Personne ne l’aurait reconnue. Et puis de toutes manières à quoi bon ?

Puis, un jour, comme dans un rêve étrange, un petit lapin se coucha au près d’elle, passant la nuit près d’elle. Avant de repartir au cours de la nuit lorsqu’elle s’était endormit. Ce petit jeu dura quelques jours. Jusqu’à ce que les jours se transforment en semaine. Pourtant, un soir, le lapin ne vint pas. Alertée, Alice commença à le chercher dans toute la chambre. Lorsqu’elle demandait aux enfants de l’orphelinat si ils n’avaient pas vu un lapin blanc, aucun ne sembla la prendre au sérieux. Certain se mettaient à rire. D’autres se contentaient de lui lancer un regard surpris ou interloqué avant de fuir en l’ignorant royalement. Avançant au fil de ses recherches, l’enfant se retrouva dans le jardin de la résidence. Là, juste devant le grand chêne, le lapin l’attendait. Alice couru pour le rejoindre alors que celui-ci se contentait d’attendre. Ce ne fut que lorsqu’elle arriva à sa hauteur que l’animal gratta le sol et disparu sous l’arbre. La blondinette se sentit aspirée elle aussi par ce grand trou noir. Son corps entra en contact avec une surface lisse et froide…puis se fut le trou noir.

Alice Watson venait d’atterrir à Wonderland et ne voudrait probablement plus jamais sortir de ce pays de rêve où son passé semblait avoir été oublié. Car oui, la Alice que vous pouvez apercevoir aujourd’hui dans ce monde merveilleux était redevenu sans que l’on comprenne pourquoi la Alice d’autrefois.





.. < Third Part > ..




Est-ce la première fois que vous faites du rpg ? : cela doit faire près d’un an. ^^

Comment avez-vous connu le forum ? : en cliquant sur un top-site j’ai vu celui-ci…et vu que j’avais toujours voulu m’inscrire sur un forum de alice in wonderland…

Autre chose à ajouter ? ^^ : petits détails par-ci par là mais forum en construction donc j’attends de voir ce que cela donnera. =)
Après, si besoin d'aide, je veux bien me porter volontaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Watson

avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 26/07/2009

MessageSujet: Re: Alice, don't hurt my word...   Lun 27 Juil - 14:14

Post inutile juste pour dire que j'ai terminé ma fiche. =)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elliot Gray
Admin
avatar

Messages : 131
Date d'inscription : 21/07/2009

MessageSujet: Re: Alice, don't hurt my word...   Lun 27 Juil - 19:49

Like a Star @ heaven Fiche validé Like a Star @ heaven
Bon rp ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wonderland-forum.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alice, don't hurt my word...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alice, don't hurt my word...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jasper & Alice Forever
» Alice Blood [Attente de Réponse]
» Alice Cullen
» Alice always lost... [Validée]
» Alice Logan [validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alice in wonderland :: Hors rpg :: Le registre du lapin blanc :: Présentations validées-
Sauter vers: